Top 10 des enfumages de la politique « vélo » dans les villes Top 10 des enfumages de la politique « vélo » dans les villes
Parce-que le mieux (celui du « c’est mieux que rien ») est l’ennemi du bien, petite tribune ici pour évoquer les politiques pro-vélo de... Top 10 des enfumages de la politique « vélo » dans les villes

Parce-que le mieux (celui du « c’est mieux que rien ») est l’ennemi du bien, petite tribune ici pour évoquer les politiques pro-vélo de certaines municipalités. Selon nous, une vaste opération de communication teintée de greenwashing et de fausse coolitude pour justifier l’empreinte carbone des vacances aux Seychelles après avoir jouer les eco-sensibles à deux roues. L’entente tacite des idiots utiles et des écolo-politiques inutiles …

Visiblement, la politique urbaine n’est pas « pensée » par les cyclistes. C’est le moins que l’on puisse dire. Et ce sont pas les naifs, armés de leur « oui mais ça va dans le bon sens » et autre « c’est mieux que rien/qu’avant », qui nous feront penser le contraire. Bien au contraire, la pensée molle nous excède … Ces béni oui-oui ne pratiquent pas le vélo. Qu’ils se taisent à jamais.

Ci-dessous, quelques exemples glanés à travers les communes de France, non exhaustifs, forcément !

Exemple 1 : la piste cyclable interrompue par un trottoir

Merveilleuse piste cyclable n’est-ce-pas ? Comment cela s’organise concrètement pour les usagers de la voirie ? Mystère. Le concepteur de ce « truc » était-il stagiaire ? A-t-il obtenu une promotion après avoir proposé ce projet ? Les voies de l’urbanisme sont impénétrables …

Exemple 2 : le panneau publicitaire en plein milieu de la piste cyclable

La bicyclette, ça creuse ! Merci aux concepteurs urbains de nous proposer des suggestions de ravitaillement à fort pouvoir glucidique ! Idéal pour vos sorties longues du dimanche : c’est ouvert ! Pour les dieux du stade (de France) uniquement …

Exemple 3 : les ralentisseurs à vélo déments

La mairie pense à tout. Du risque d’endormissement au guidon à l’excès de vitesse en zone scolaire, cette piste cyclable freinera l’incivisme du cycliste un peu trop pressé. Nous estimons que ce légitime souci de sécurité est un peu zélé. Un peu.

Exemple 4 : une ville pas pensée pour que les voitures ne bloquent pas les pistes cyclables

Parce-qu’il n’y a pas que les cols blancs municipaux dans la vie, place aux automobilistes distraits. Il faut dire que dans nos villes saturées, les « espaces » cyclables offrent de merveilleuses opportunités de stationnement gratuit, rapide et à proximité de ses commodités. « Nous font chier avec leur vélo » est le coup de grâce toujours efficace face aux derniers remords du malotrue.

Exemple 5 : La priorité des services de la voirie sont ailleurs. Comme la Vérité.

Fichue météo. Au moindre flocon virevoltant et entretenant encore un peu la « féerie » factice de Noël, c’est la même … La priorité des services de la voirie sont ailleurs. Comme la Vérité.

Exemple 6 : … ne pas finir la roue dans le rail

Dans certaines villes dotées de Tram, la piste cyclable embrasse parfois la voie réservée à ce transport en commun. Le cycliste devra être très aware quand il s’agira de s’insérer sur celle-ci pour ne pas finir la roue dans le rail … (le visuel n’est ici pas contractuel, mais à Caen notamment, on se demande comment a été « pensée » la cohabitation …)

Exemple 7 : Une piste cyclable au milieu des voitures … c’est beau comme un accident dramatique.

Le cycliste n’est-il pas au regard de la réglementation (le Code de la route) un usage de la route comme un autre ? Tous égaux. Une piste cyclable au milieu des voitures sur ce rond-point pour ne stigmatiser personne. C’est beau comme un accident dramatique.

Exemple 8 : des passages cyclables pensés avec les pieds

L’automobiliste a son platane fatale. Le cycliste a son arbre entouré de béton. Et le chemin est indiqué en caractère gras. L’auteur de ce projet devait être fan de Nicolas le jardinier et son vélo, mais quand on habite en ville …

Exemple 9 : Le pylone ou la piste cyclable il faut choisir

L’occasion de tester ses pneumatiques (et ses freins, et son sens de l’équilibre et plus généralement sa tolérance à l’incompétence) et le cas échéant, foncer (mais pas trop) vers ce marchand de pneus opportunistes quant à son affichage publicitaire (qui embellit nos villes, mais c’est un autre sujet)

Exemple 10 : le vôtre ! 

Postez sur notre page facebook.

Pour conclure

Nos élus ont du talent et visiblement des quotas à respecter. Quelle gabegie ! Quelle incompétence ! Quelle foutage de gueule ostensible. Réveillez-vous …

A travers ces quelques exemples, il est facile de réaliser le n’importe quoi de certaines politiques urbaines. On mesure à quel point il s’agit hélas trop souvent de pure communication, de quota à atteindre sans réelle réflexion à long terme. La sensibilité de la population aux alternatives en terme de transport, teintée également de conscience écologique, n’est pas utilisée pour PENSER autrement la ville. C’est cela le scandale. Le crime contre le bon sens et contre la confiance. Sans évoquer les risques d’accident induit …

N’hésitez pas à nous partager vos expériences, y compris vos photographies.